Mon premier « Ancrages »

Une de mes toutes récentes nouvelles a été retenue pour une publication en ligne par la revue acadienne de création littéraire Ancrages.

La dernière île conte l’histoire d’un couple en voyage; une de leurs escales est à St-Thomas, où est établie cette magnifique synagogue au sol fait de sable:

(Image prise de www.synagogues360.org/pics/united_states_017/addimages/united_states_017_02.jpg)

Le numéro d’hiver d’Ancrages propose aux lecteurs de découvrir une œuvre littéraire par semaine pour les douze prochaines semaines. Si mes calculs sont bons, mon texte sera le troisième mis en ligne et vous pourrez le lire dès le 26 janvier 2015 en vous rendant au site d’Ancrages.

Le projet en quelques mots, via l’Acadie nouvelle:

Ancrages propose 12 textes de 12 auteurs sur le web

Un nouveau numéro de la revue de création littéraire, Ancrages, est lancé. Un premier texte, Le 1750 de Brigitte Lavallée; un récit poétique autour de La Tracadie, est maintenant en ligne sur le site Ancrages.ca.

Le comité responsable de ce numéro d’hiver propose aux lecteurs de découvrir une œuvre littéraire par semaine pour les 12 prochaines semaines. Des textes de 12 auteurs ont été retenus par le comité de sélection pour ce 9e numéro de la revue acadienne qui se veut complètement libre. Aucun thème n’oriente la publication, donnant plutôt carte blanche aux créateurs. Selon le président du comité, David Décarie, la réponse des écrivains a été très bonne. Après avoir lancé un appel à tous en décembre, ils ont reçu 25 textes. À peu près tous les genres littéraires sont représentés allant de la nouvelle, au récit en passant par la poésie.
«Nous avons choisi 12 textes, mais ça ne veut pas dire que tous les autres textes ne seront pas publiés dans un numéro futur», a indiqué M. Décarie.
La sélection a été effectuée par un comité formé de Marie-Ève Landry, Marilou Potvin-Lajoie et Herménégilde Chiasson. Des auteurs de l’Atlantique et d’ailleurs sont réunis dans ce numéro, certains étant bien établis, tandis que d’autres sont à l’aube de leur carrière.
«Il y a des nouveaux et des noms plus connus. On essaie de publier des auteurs de tous les horizons», a-t-il poursuivi.
Les noms des auteurs seront dévoilés au rythme de la parution des textes en ligne. La semaine prochaine, le comité publiera un texte d’un vétéran de la poésie acadienne, Raymond Guy LeBlanc qui s’intitule Le cœur indigène. Au bout de 12 semaines, le numéro complet sera disponible en format PDF afin que les lecteurs puissent le télécharger.
«Nous voulons de plus en plus tabler sur le fait que c’est une revue en ligne afin de profiter de toutes les possibilités de la revue web. En publiant un texte par semaine, ça permet de garder l’intérêt pour la revue et qu’il y ait toujours quelque chose qui se passe sur le site de la revue», a-t-il expliqué.
Le comité de rédaction de la seule revue de création littéraire en Acadie a plusieurs projets pour l’année 2016, dont la tenue de deux événements littéraires thématiques. Le marathon littéraire qui a été organisé en décembre dernier s’est avéré un succès, a fait savoir le président. Les vidéos des performances seront mises en ligne cet hiver à la suite de la publication de tous les textes du 9e numéro.

Des histoires qui viennent de près et de loin

Mes voyages en Europe, au Moyen-Orient, en Amérique du Nord et, surtout, les gens que j’y ai rencontré, ont influencé mes écrits. Il y en a quelques-uns qui pourront même se reconnaître dans certains aspects de personnages d’Intolérance au velours, de La face cachée du bonheur et de mes nouvelles.