French Book Launch – Ce que l’on divulgue

I have the privilege of launching my new collection of short stories in French, Ce que l’on divulgue (What we reveal), at the Toronto French Book Fair this weekend.

This short collection of stories is a study of upheaval and change – sometimes good, sometimes bad – in which characters must face a stranger, a revelation, or even a new lifesyle.

Join me:

WHAT: Ce que l’on divulgue book launch
WHEN: Saturday, December 7, 3 p.m.
WHERE: Toronto French Book Fair, Toronto Reference Library, 789 Yonge Street, 2nd floor, Bram and Bluma Appel Salon, Radio-Canada Stage

The book is on sale for $10 for the month of December, and returns to the original price of $11.49 in January. You can get a copy at the book fair on Saturday, you can order it online through Amazon, or you can drop me a line and I’ll arrange for a signed copy to get to you.

Divulgue-lancement

Virages – Toronto se raconte

Tiré de l’Express de Toronto http://www.lexpress.to/archives/13417/ :

TORONTO SE RACONTE DANS LA REVUE VIRAGES

Semaine du 3 décembre au 9 décembre 2013

Toronto se raconte dans la revue Virages

Virages, la nouvelle en revue, vient de publier son numéro 66 qui est presque entièrement consacré à Toronto. Sous la direction de Paul-François Sylvestre, cette livraison propose dix courts textes écrits par des gens qui vivent majoritairement dans la Ville Reine.

On peut lire des créateurs très connus comme le regretté Pierre Léon, Marguerite Andersen et Guy Mignault, ou d’autres qui sont des habitués du milieu littéraire, notamment Mariel O’Neill-Karch et Ariane Matte [lire plutôt Arianne ou A.M.]. Dans sa section «Et pour les jeunes», Virages présente deux textes, l’un de Daniel Dupuis et l’autre de Camille Slaight, tous deux étudiants au Collège français.

L’avocate Hilary Evans Cameron a puisé son inspiration dans la difficile vie des réfugiés et dans la question de leurs droits. Guy Mignault, lui, a adopté Toronto depuis seize ans et raconte son premier coup de foudre avec la «reine des villes».

Quant à la Française Chantal Robillard, elle se souvient de son trop bref séjour à Toronto comme invitée au Salon du livre. Pour sa part, Paul-François Sylvestre raconte comment il est passé de cruciverbiste à verbicruciste fièrement torontois.

Aurélie Resch dirigera le numéro 69 de Virages, placé sous le thème des Voyages. La date de tombée pour soumettre un texte (maximum de 3 500 mots) est le 1er mars 2014. Pour de plus amples renseignements, prière de consulter le site www.revuevirages.com.

Virages paraît quatre fois l’an. Un abonnement coûte 25 $ (régulier), 20 $ (étudiants) ou 35 $ (institutions). Virages: 260, rue Adelaide Est, boîte 132, Toronto M5A 1N1.

Semaine littéraire

Ce fût une belle semaine littéraire pour moi –

WherePigeonsRoostLaunch-AMMetlivre1-petit

 

* j’ai lancé mon recueil de nouvelles en anglais, Where Pigeons Roost, disponible via Amazon et bientôt disponible via ce site web;

 

Des piles du livre Ce que l'on divulgue, avec l'image d'un visage féminin sur fond rouge

 

* j’ai reçu mes exemplaires de mon recueil de nouvelles en français, Ce que l’on divulgue, qui sera lancé le 7 décembre au Salon du livre de Toronto; et

 

Sur fond de la ville de Toronto, un livre est ouvert à la première page de la nouvelle Abîme par A.M. Matte

 

* j’ai obtenu ma copie du tout récent numéro de la revue littéraire Virages, dans lequel se trouve la traduction de ma nouvelle Abîme (également publiée en anglais dans Where Pigeons Roost).

 

Avec tout ce qui se passe, je trotte un peu sur des nuages et je n’ai rien écrit de nouveau, ni rien révisé, ni rien mis en page, depuis plusieurs jours.  Il y a les défis de la Zone d’écriture de Radio-Canada qui m’interpellent, ainsi que d’autres nouvelles qui exigent mon attention, alors je ne suis pas sans travail. Il faudrait que je m’y remette.

Après tout, ce n’est pas sans écrire que je continuerai dans cette lignée. À l’oeuvre!

Exchanging Notes – Alissa York at the Toronto Public Library

Had a great time at the Toronto Public Library yesterday, where writer Alissa York was a guest of the Toronto Writers’ Co-operative, and interviewed by john miller.

IMG_8439[1]

Ms. York talked about her childhood, the inspiration for her books, her writing routine, the importance of naming characters well (with which I agreed wholeheartedly) and the role of animals in her life and in her writing.

I was struck by Ms. York’s dedication to her writing and the thoroughness of her research (Ms. York’s books are quite research-heavy), and at how one tiny detail such as a discrepancy in the number of survivors of the 1857 Mountain Meadows massacre provided « just enough room » to allow her to write her novel Effigy.

It was an enlightening, entertaining and enjoyable evening. I wish I had taken notes beyond the few in my Twitter feed!

A.M. Matte and Alissa York standing side by side in an open space of the Toronto Public Library

A.M. Matte and Alissa York at the Toronto Public Library

Pigeons Go Wild – Book Launch

What better spot than a wing place to launch a book boasting a pigeon on its cover?

On Wednesday, November 20th, 2013, from 5:30 p.m. to 7 p.m., please join me as I launch my short collection of stories, Where Pigeons Roost, at Wild Wing, 431 Yonge Street in Toronto, just south of College subway station.

Those attending the launch will get half price appetizers with the purchase of a drink, and a copy of the book for over 10% off the cover price.

See you there!

Cover of short story collection Where Pigeons Roost, featuring a photgraph of pigeons strutting about on a sunny pavement.

The cover of Where Pigeons Roost.

Public Reading – Update

A chalkboald sign announcing the Who You Calling Crazy public reading

I would like to thank the lovely audience of the Who You Calling Crazy? reading last week. It was the success for which our writers’ group had hoped:

We performed our pieces brilliantly (if I do say so myself), were accompanied by great music, and collected 200$ for the Child Development Institute. We even got coverage in one of the local papers (in French), Le Métropolitain.

Our group will plan another public reading in 2014, and in the meantime, we will be working on new pieces of fiction, creative non-fiction and poetry.

A group photo of the reading authors and musician

The Who You Calling Crazy authors and musician:
l. to r.: Darren Elliot, Lisa Jackson, Simone Dalton, Angélique Jenney, A.M. Matte, Sophie Tolias, and Alex Normand

Bilan – Séance de lecture

La première séance de lecture que j’ai organisé avec mes collègues écrivains de langue anglaise s’est très bien passée. Sous le thème Who You Calling Crazy, nous avons partagé nouvelles, récits et poèmes afin de partager nos écrits et de lever des fonds pour le Child Development Institute à Toronto (200 $ ont été remis au CDI).

Nous nous sommes beaucoup amusés et préparons une prochaine séance de lecture dès l’année prochaine.

La séance de lecture a également été mentionnée dans le journal Le Métropolitain.

Mes collègues écrivains lisant leurs textes au Free Times Café. Fellow writers sharing their pieces with the audience.

Mes collègues écrivains lisant leurs textes au Free Times Café.

Séance de lecture – conseils

Demain, j’aurai le plaisir de participer à une séance de lecture pendant laquelle je lirai des extraits de mes nouvelles Where Pigeons Roost et A Treat.

La page couverture du receuil de nouvelles Where Pigeons Roost, avec une photo de pigeons se promenant sur un pavé ensoleillé.

La page couverture de mon recueil de nouvelles Where Pigeons Roost.

Le tout se déroule le 3 octobre au Free Times Café à Toronto, dès 19h30, et sert non seulement de tribune aux auteurs qui liront leurs textes, mais aussi de levée de fonds pour le Child Development Institute.

Bien que j’aie hâte à la séance de lecture, ce n’est non sans ressentir un tantinet de nervosité. Voici quelques conseils que j’ai recueilli et retenu afin de faire de toute séance de lecture un succès sans pareil:

1) Choisir un extrait du texte à lire qui représente bien le style de l’auteur, tout en s’assurant de ne pas trop révéler l’histoire.

2) Porter des habits confortables qui représentent, eux aussi, le style de l’auteur.

3) Préparer une courte introduction et/ou de courtes transitions pour bien situer les lecteurs/le public dans l’action de l’extrait.

4) Imprimer en gros caractères et/ou à double interligne une copie de l’extrait qui sera lu. Dans le cas d’une lecture à partir d’un livre, bien étiqueter les pages afin d’éviter un temps mort à fouiller pour le prochain extrait à lire.

5) Prendre le temps de pratiquer la lecture à haute voix. Il est également bon de se chronométrer afin de s’assurer de présenter la bonne longueur d’extrait.

6) Varier le débit de la lecture. En moyenne, lorsque l’on est nerveux, l’on a tendance à accélérer le débit. Donc, une façon de bien lire est de ralentir. Par contre, là où des passages de haute tension le demandent, il peut être intéressant pour le public si l’auteur lit un peu plus vite.

Pour des conseils en anglais reliés aux séances de lecture, lisez à l’article A Reading Is A Performance.

 

Public Readings – Three Down, One To Go

Over the course of one month, I have had the opportunity to read my work in public three times, with one more chance coming up.

A photo of author A.M. Matte at a Toronto Public Library podium, reading a short story excerpt .

A.M. Matte, reading an excerpt of A Treat, at the TOWC Voices 2013 book launch.

I’ve read an excerpt of my short story Where Pigeons Roost, with fave author Terry Fallis in attendance. I’ve read an excerpt of my MIL Dread monologue at a CityVoices Monologue Salon. (Click here for a YouTube excerpt of the monologue performed by actress Audrey Ferron.) And I’ve read an excerpt of my short story A Treat at the launch of the Toronto Writers Cooperative’s Voices anthology (only $10 each).

An image of the Voices 2013 anthology book cover, itself a blurred image of light coming through a window on a brownish background.

The Voices 2013 anthology.

I immensely enjoyed reading my pieces at those events and I’m thrilled to have one more opportunity to share at the Who You Calling Crazy? reading by emerging authors at Toronto’s Free Times Café on Thursday, October 3rd, starting at 7:30 p.m.

I’ll be practicing reading my excerpts until then.

Reprise de La lettre à la Fête de la culture

Suite à son succès au Festival Fringe de Toronto cet été, le spectacle d’improvisation interactif La lettre sera en reprise à Toronto en septembre, dans le cadre de la Fête de la culture, grâce à un appui de la Bibliothèque publique de Toronto. Au plaisir de vous y voir!

Fete de la culture 2013 YO