Zut, je ne suis toujours pas millionnaire

Lors de la table-ronde / du panel sur l’auto-publication dans le cadre du Salon du livre de Toronto 2015, j’ai eu la chance de discuter avec Julia Nethersole, de Kobo Writing Life, et avec Stéphane Cormier, des Éditions Prise de parole, des différentes façons de publier son livre de nos jours. Plutôt qu’un débat sur la publication traditionnelle versus l’auto-publication, le panel se voulait une conversation présentant les méthodes disponibles aux auteurs et les pratiques exemplaires pour arriver à la publication et la distribution au public.

Peu importe la voie choisie, il nous a fallu souligner que l’écriture comme métier mène rarement aux gros cachets à six zéros ou plus, comme le précise cet article de l’Express de Toronto:

AUTO-PUBLICATION: PAS ENCORE DE MILLIONNAIRES EN ONTARIO FRANÇAIS

Salon du livre de Toronto 2015

LIVRES

Par François Bergeron – Semaine du 8 décembre au 14 décembre 2015

Auto-publication: pas encore de millionnaires en Ontario français

Paul Savoie, Arianne Matte [A.M. Matte], Julia Nethersole, Stéphane Cormier.

Je confirme que je ne me suis pas lancée dans l’écriture pour l’argent. (Cela dit, l’art rémunéré ne fait pas de tort non plus.)

Lisez l’article complet ici.

Salon du livre de Toronto 2015

C’est avec grand plaisir que je serai sur place pour des sessions de dédicaces et pour égayer la programmation du Salon du livre de Toronto cette fin de semaine :
 
Panel sur le roman à l’ère numérique, le samedi 5 décembre, de 11h30 à 12h15, au Café des littéraires.
 
Sessions de dédicaces, au stand de l’AAOF
 
Vendredi 4 décembre
19 h – 20 h: A.M. Matte
Samedi 5 décembre
10 h – 11 h: A.M. Matte
 
Salon du livre de Toronto
Le Salon du livre de Toronto,
aura lieu du 2 au 5 décembre
à la Bibliothèque de référence,
789, rue Yonge
Salon Bram & Bluma Appel, 2e étage
 
Le temps des Fêtes approche à grands pas et vous cherchez encore des idées de cadeau? Visitez le Salon du livre de Toronto! Vous y trouverez le cadeau parfait parmi des milliers de livres merveilleux : livres jeunesse, bandes dessinées, romans historiques, polars, guides pratiques, romans, nouvelles…
 
Situé en plein centre de Toronto, dans la Bibliothèque de référence, au 789, rue Yonge, le Salon du livre promet, du 2 au 5 décembre, des rencontres avec des dizaines d’auteurs, des tables rondes, des conférences, des animations, des ateliers et, en première, un stand numérique.
www.salondulivredetoronto.ca/

Pigeons and Alzheimer’s Out Loud

I participated in the Wordjammin’ 2015 event a few weeks ago, during which independent authors share their wares, so to speak, during an afternoon of public readings.

As always, I had great fun reading an excerpt from my short story Where Pigeons Roost and, in homage to my grandmother, my short nonfiction piece Countdown, which chronicles my family’s encounter with Alzheimer’s Disease.

My husband and four-year-old son were also in attendance, which made the event even more special to me.

For more information about Wordjammin’: http://www.wordjamm.com/authors-bios.html.

A.M. Matte reading at an ornate gold-plated lectern in a west Toronto pub.

A.M. Matte reading Countdown at Wordjammin’ 2015.
Photo credit: Angela, artwalkabout -at- gmail.com

Conte-moi ça at the Toronto Public Library

Theatre company Productions Nemesis has presented, on two occasions now, my interactive theatre for kids concept, Conte-moi ça, at the Toronto Public Library. Geared toward 5-10 year olds, the 50-minute show in French reinvents fairy tales according to audience suggestions. Thanks to talented improv collaborators, the kids see Hansel and Gretel eat lots of spaghetti – in addition to a candy house – and see Cinderella meet Elsa at the ball instead of the prince.

Following the latest Conte-moi ça, which was played at the Richview branch of TPL, the librarian shared this comment:

« Thank you for arranging this wonderful program. Productions Nemesis gave fast paced, funny and gripping performance today, great stories, props and costumes. I created a display of Fairy Tale books from our Children’s French collection to complement, and made sure no one walked out of the room without a book (s) to take home. »

Glad we could contribute to the next generation’s joy of reading!

Improv actor C. Berthiaume in wolf hat and white, clawed gloves plays a wolf in Conte-moi ça interactive theatre for kids.

Hansel and Gretel also met a confused wolf as they traipsed around the Toronto Public Library’s Richview branch.

Franc’Open Mic dans les nouvelles

Le mois dernier, j’ai participé à la première édition du Franc’Open Mic à Toronto, une occasion pour artistes de toutes sortes de monter sur scène, en français. J’y ai lu ma nouvelle À l’air, tirée de mon recueil Ce que l’on divulgue et du 56e numéro de la revue Virages.

L’Express de Toronto était sur place et a fait un compte rendu de la soirée:

 

FRANC’OPEN MIC: UNE PREMIÈRE «SOIRÉE OUVERTE» RÉUSSIE

Par Alix Forgeot – Semaine du 4 novembre au 10 novembre 2014

Franc’Open Mic: une première «soirée ouverte» réussie

Arfina a fait rire le public avec ses sketchs. Arianne M. Matte a lu une de ses nouvelles. Guy Smagghe, un habitué du Free Times Café.

Mercredi dernier, une centaine de personnes, francophones et francophiles confondus, se sont bousculées aux portes du Free Times Café, au 320 rue College, pour voir des artistes se produire sur la première «scène ouverte» francophone de Toronto.

Bonne surprise pour Florian François et Cyril Mignotet, cofondateurs de Franc’Open Mic. Le soir de la première, ils ont vu arriver trois fois plus de spectateurs que prévu. L’équipe du Free Times Café a même dû refuser l’accès au pub à certains, en raison d’un trop gros achalandage.

Pas moins de 26 artistes se sont inscrits au Franc’Open Mic, ce qui représente en tout «une cinquantaine de personnes», selon Florian, un des organisateurs.

Québécois, Franco-Ontariens, Français, Congolais ou encore Sénégalais, toute la francophonie était présente ce soir là, non seulement dans le public, mais aussi sur scène.

Variété artistique

Trésor Otshudi, chanteur et compositeur, ouvre le bal avec «Love» une chanson R’n’B de sa composition aux paroles francophones, avant de danser sur un rythme endiablé, mettant rapidement l’ambiance dans le pub.

Il laisse la place à Serge Paul, qui a troqué sa casquette d’agent de liaison communautaire au Conseil scolaire Viamonde contre celle de comédien, pour interpréter en version slam le titre Corrida de Francis Cabrel, célèbre chanteur français.

Guy, un guitariste franco-canadien habitué à un public anglophone qui ne comprend pas forcément les paroles de ses chansons, se réjouit d’être présent pour cette première. «Je suis content d’avoir un public francophone», lance-t-il à la foule.

Les spectateurs ont aussi eu droit à une lecture d’une nouvelle d’Arianne M. Matte, extraite de son livre Ce que l’on divulgue, avant de pouvoir écouter une reprise du tube Seven Seconds de Neneh Cherry et Youssou N’Dour (mêlant le français, l’anglais et le langage wolof), interprétée par Derek, un anglophone francophile.

La vie en rose d’Édith Piaf a été parodiée, puis le théâtre a fait son arrivée sur les planches avec Pierre McLaughlin et Geneviève Brouyaux, comédiens de la compagnie les Indisciplinés de Toronto, interprétant des extraits de la pièce Fragments de mensonges inutiles de Michel Tremblay, qui sera présentée les 13, 14 et 15 novembre à la bibliothèque Palmerston de Toronto (voir l’article en une).

Parmi les artistes, le public découvre quelques petites perles, comme Luce, une Française qui s’est accompagnée au ukulélé en chantant des titres tournant l’amour en dérision ou encore Arfina, jeune humoriste prometteuse: elle a offert un sketch hilarant au public à propos des aventures rocambolesques que peut vivre un étranger lorsqu’il souhaite s’établir au Canada.

Impro

La soirée s’est terminée avec de l’improvisation: Florian François, cofondateur de la scène ouverte francophone et membre des Improbables, a invité la troupe à monter sur scène en compagnie de membres du public, pour créer des saynètes complètement loufoques.

Ce n’est qu’à minuit et demi, après un marathon artistique de plus de quatre heures, que les cofondateurs de Franc’Open Mic ont pu enfin souffler.

«Satisfaits» de la soirée, les deux équipiers n’en reviennent toujours pas. «On a eu plus de monde que le lieu ne le permet», s’enthousiasme Florian François, «le public est resté jusqu’au bout. On est contents en terme de qualité, de quantité et de diversité!»

Bonne organisation

Il faut dire que les deux amis se sont bien organisés. Ils ont mis un point d’honneur à trouver une salle gratuite pour accueillir les artistes et le public. «Un contact m’a donné l’idée du Free times Café», se souvient Florian. «On a rencontré la patronne et elle a accroché avec l’idée que notre projet soit frais et nouveau».

Après avoir trouvé le lieu, il a fallu promouvoir l’événement à travers les réseaux sociaux et les médias. Les médias francophones ont été très réceptifs et sur Facebook l’événement a rallié 132 participants.

Au niveau de la gestion du spectacle en direct, rien n’est laissé au hasard. Le comédien Florian François, s’occupe de l’animation, distrait le public, tandis que Cyril Mignotet gère le son. Le duo bien rodé n’oublie pas les artistes: après chaque passage, ils reçoivent un cannelé (spécialité bordelaise) provenant du restaurant français Chabichou, le partenaire de Franc’Open Mic.

Florian François et Cyril Mignotet souhaitaient que «tout le monde ait du plaisir, que les artistes francophones puissent pratiquer, avoir une opportunité artistique dans un lieu de partage». Autant dire que c’est plus que réussi.

Rendez-vous a déjà été donné le 26 novembre, au Free Times Café, à 19h30 pour les artistes et à 20h pour le public.

COMMENTAIRES

Mille bravo à Cyril et Florian qui se sont investis dans cette aventure je leur envoie tous mes encouragements pour la suite et dommage pour moi d’être si loin et de ne pas pouvoir participer à ce spectacle mais je suis avec vous par la pensée.

— murielle mignotet – 4 novembre 2014 19:18

 

http://www.lexpress.to/archives/14611/

La première de Franc’Open Mic

À la fin octobre se lançait une nouvelle initiative, une première «scène ouverte» francophone à Toronto, baptisée Franc’Open Mic par ses instigateurs français, Florian et Cyril.

J’ai eu la chance d’y participer et d’y lire la nouvelle À l’air de mon recueil de nouvelles Ce que l’on divulgue.

Quelques commentaires chaleureux sur Twitter suite à la lecture:

« Ce que l’on divulgue » lut avec toute beauté par @ammatte l’auteure. #tofr #OpenMic #francopenmic

Permalien de l'image intégrée

@ammatte Au #francopenmic #bravo trop #cool #franco #toronto

Permalien de l'image intégrée

Les prochaines éditions du Franc’Open Mic à Toronto auront lieu le mercredi 26 novembre et le mercredi 29 janvier au Free Times Café.

New Voices Publication

At the end of September 2014, the Toronto Writers’ Co-operative launched its sixth Voices anthology, in which is published my short story Paper Dolls.

Front cover of Voices 2014 anthology, a painting of an upside-down face, in pink and green hues.

I originally wrote Paper Dolls in French, following a talk with my grand-mother Jacqueline. When she told us about one of her favourite toys, growing up in Montreal in the 1930s, it painted such a picture in my mind that I couldn’t help but take her love of her paper dolls and insert it into my next short story.

I read an excerpt of Paper Dolls at the Voices book launch, voicing my main character both as a child and as an elderly woman.

A.M. Matte reading an excerpt of Paper Dolls at the Toronto Public Library Main Reference Branch, at a wooden podium.

I love this second life a reading gives characters, where an author can literally lend her voice to a story.

Looking for your own copy of Voices 2014? Find one at the Toronto Writers’ Co-operative website.

A Literary Cabaret, live literature and music

Literary Cabaret poster, highlighting the evening line-up of readers, including A.M. Matte

Literary Cabaret poster

As part of the Toronto Writers’ Co-operative’s annual outreach efforts, I participated in the 2014 Literary Cabaret at Alleycatz Lounge last February. Eighteen members of the Co-op took the stage to perform their writing, accompanied by a varying array of musicians.

Though I’d never met him before we shook hands on stage, my reading of my short story  Paper Dolls was accompanied by James Faulkner on acoustic guitar. James’ spry yet mournful strumming was a touching backdrop to a story of a late-blooming friendship in the life of an older woman.

I will make a video of my reading available in April.

Under a spotlight and by a few microphones, A.M. Matte reads excerpts of her short story, Paper Dolls

A.M. Matte on stage, reading excerpts of her short story, Paper Dolls (photo courtesy of Omar Samara)

 

A Literary Cabaret

Very happy to participate in the Toronto Writers’ Cooperative’s Literary Cabaret next month. I even changed vacation plans in order to participate. How’s that for dedication to one’s craft? Details on the cabaret follow:

T.O. Writers’ Co-operative

Presents the 6th

Exchanging Notes: A Literary Cabaret

Tuesday, February 18, 2014, at 7:30 PM

Alleycatz Lounge

(2409 Yonge Street, 2 blocks north of Eglinton Avenue)

‘Exchanging Notes: a literary cabaret’ offers a unique combination of spoken word and live musical accompaniment.  A variety of instruments support authors in a variety of genres.  Rock! Blues! Jazz! Poetry!  Prose!

Our venue, Alleycatz Lounge, offers 2 menus, an exceptional kitchen and bar, great service!

There is no cover charge.

Further info: exchangingnotes@live.ca

For further info on Alleycatz: http://alleycatz.ca/

Un lancement réussi pour Ce que l’on divulgue

Le 7 décembre, je lançais mon recueil de nouvelles, Ce que l’on divulgue, au Salon du livre de Toronto.

Devant un public d’une vingtaine de personnes et accompagnée de l’auteur et animateur Gabriel Osson, j’ai discuté de ce qui a inspiré le livre, du processus que j’ai suivi pour le créer, et de projets futurs. J’ai ensuite lu un extrait de la nouvelle À l’air, qui conclut le recueil avec une aventure cocasse d’une sexagénaire libérée.

Je tiens à remercier les organisateurs du Salon qui m’ont si généreusement accueillie, Gabriel pour l’animation du lancement, Barbara-Audrey Bergeron pour la photographie et le public venu m’appuyer. Vos voeux chaleureux m’ont beaucoup encouragée.

Image rétroéclairée d'A.M. Matte en entrevue avec Gabriel Osson.

A.M. Matte en entrevue avec Gabriel Osson lors du lancement de Ce que l’on divulgue au Salon du livre de Toronto.

A.M. Matte, assise sur une scène à gauche de l'image, parle de ce qui a inspiré les nouvelles de Ce que l'on divulgue devant public au Salon du livre de Toronto.

A.M. Matte parle de ce qui a inspiré les nouvelles de Ce que l’on divulgue devant public au Salon du livre de Toronto.

A.M. Matte dédicaçant un exemplaire de Ce que l'on divulgue, à la couverture blanche, rouge et violet.

A.M. Matte dédicaçant un exemplaire de Ce que l’on divulgue.