Writers Unite

Having met new fellow authors on Twitter this month, I was inspired by the UnknownJim Writers Unite challenge to « write what you REALLY want to write about. »

This month, while I couldn’t choose between concentrating on my English writing or on my French writing, I’ve not quite finished either piece, but I can still share an excerpt. Here is the opening of my short story Ms. Perceval’s Lover:

 

Ms. Perceval had long considered Owain Montblanc her type, but accepting the position of vice-principal last year impeded matters slightly. Now his superior, she could no longer express interest – not that she ever would have, anyway – lest it be misconstrued as sexual harassment by an authority figure. Hardly the way to begin her management career.

So, when Owain collapsed while teaching history class, Ms. Perceval at first hesitated to give him mouth to mouth resuscitation. She could hear the students’ nervous whispers behind her as she kneeled next to her prone colleague with another second’s hesitation. Then, she went to work. Ms. Perceval thought she heard a shocked, stifled giggle and considered withdrawing, but the prospect of Owain expiring on her watch was more than she could bear. She took a breath and bent down, pressing her lips against his, in their first, unlikely kiss.

She had imagined this moment – well, not this moment, the moment when she’d kiss Owain – many times before. She made up romantic, clichéd scenarios: a beach at sunset, the Eiffel Tower under a light rainfall, by Victoria Falls… She didn’t waste time figuring out how she and Owain would end up in these places – she simply inserted herself there, and in her lover’s arms.

Ms. Perceval blushed. She felt the students’ intent gazes pierce the nape of her neck. Could they guess what she had in mind?

While I won’t be participating in NaNoWriMo this year, it will be to concentrate on my short stories, so I hope to be further along with this and other stories by the end of the year.

Writers Unite!

À la recherche de gazouillardages sur l’écriture

En œuvrant à la récriture d’une nouvelle pour un concours, j’ai fait appel à mon frère pour m’aider à resserrer la narration (et le nombre de mots). Suite à plusieurs communications interurbaines par téléphone et par courriel, je suis satisfaite du résultat et me prépare à expédier au concours avec une grosse semaine d’avance sur la date de tombée.

Le processus, cependant, a soulevé une question qui me tracasse. En me suggérant de réviser les temps de verbe de certains paragraphes, mon frère m’a demandé « N’as-tu pas de collègues écrivains avec qui tu pourrais travailler tes textes? » En fait, non, frérôt, c’est toi et ma belle-sœur, mon cercle d’écrivains. J’ai un Writers’ Group pour mon écriture en anglais, j’ai aussi un Cercle d’écrivains dramatiques/dramaturgique, mais pas de collègues avec qui discuter mes nouvelles ou mes extraits de roman.

Je n'attends que le signe # pour gazouillarder...

Je me suis donc mise à la recherche de collègues en ligne. Je gazouille sur Twitter et je suis/lis des blogues. Peut-être y a-t-il là des pistes pour me sortir de l’isolement d’écrivain?

J’y ai trouvé des ‘Tweet Chat’ tels que #writestuff et #emlyn(NovelPublicity) sur Twitter, mais je n’ai pas trouvé de gazouillardages pour écrivains francophones. Cela existe certainement, je ne les ai tout simplement pas encore dénichés. La quête continue.

J’ai posé la question aux organismes auxquels je suis abonnée sur Twitter et j’attends leurs réponses. Entretemps, c’est ma famille à qui reviendra l’honneur de me relire et de me donner coup de main et critiques afin de peaufiner mes textes. Et je l’en remercie énormément.

Just Write

I was browsing through newly-discovered writers’ blogs such as this one and this one, and  was taken with how often a writer must be reminded to stick with it and just write.

Get typing

Don’t worry about getting the perfect words down on the page/screen right away – just write.

Don’t worry about the laundry, or the dishes, or the toys all over the floor – just write.

Don’t worry about the plausibility of a police officer wearing her hair that way, or the kind of tomatoes that grow in Ontario in September – just write.

The extra research, the editing, the rewriting will come soon enough. Just enjoy the now and write.

(I should add that I shouldn’t worry about making it to the Twitter chats I’ve also recently discovered – ‘sup #writestuff – and just write, but tweeting counts as writing, right?)

A bit of « A Treat » for the International Day of the Girl

Today, we celebrate girls and young women everywhere; their resilience, their determination, and the hope they represent.

Therefore, I post here an excerpt of my short story « A Treat », starring 7-year-old Naya:

… A passer-by got too close to Naya and shoved her onto her hands and knees, the purse she had omitted to secure shut spilling its contents onto the well-traveled pavement. Tears sprang into Naya’s eyes, less for the pain of the tiny stones that lodged themselves into her right knee than for the lost money she desperately tried to gather up between people’s feet.

“Oh, you’re such a klutz,” Naya heard from up behind her, both relieved and terribly disappointed to hear her sister’s voice.

She picked up the last stray dime she spotted and began counting her coins again.

“Tie your shoe,” Midge commanded.

Used to obeying her big sister, Naya tossed her money back into her purse, made sure it was fastened, and bent over to knot the shoelace that never managed to stay tied. She then wiped her hands on her shorts and stood up, ready to surprise Midge with her offer of ice cream.

“Ok, let’s go,” snapped Midge, indelicately grabbing Naya by the arm.

“But…” spluttered Naya. “Ice cream…”

“Forget it. I’m not standing in a stupid line to get you ice cream. I don’t care what dad said. The deal was, if I take you to the aquarium, I can go to Colin’s cottage with his family next weekend.”

Naya’s shoulders sank. She hadn’t heard of any “deal”. She suspected her father hadn’t meant her to find out, either.

“I wanted to buy you ice cream…” she replied, barely audibly over the swarm of happy families around them.

“You want to buy me ice cream? Yeah, right,” Midge laughed, readily dismissing her sister’s generosity before reconsidering. “Do you have enough money?”

“I have four dollars and forty-two cents. I lost one of my pennies.”

“Great. I’ll have a butterscotch sundae.”

Naya grinned, pleased her big sister was allowing her to treat her. They headed for the ice cream stand, Midge as usual bulldozing her way there, leaving Naya to scamper after her. As they stood in line, Naya clutched her purse in anticipation at being the one to hand the clerk the payment. …

« A Treat » is part of a short story collection on which I am currently working.

To read a short story about another powerful girl, click to read Son of Sun.

Meurtre littéraire – un succès

Dans le cadre de la Fête de la culture, en partenariat avec la bibliothèque publique de Toronto, Productions Nemesis a monté ma pièce interactive Meurtre littéraire. Interprétée avec brio par Sonia D’Amico et Barbara-Audrey Bergeron, la pièce a suscité de nombreux commentaires:

« C’était vraiment amusant. » – Céline Marcoux-Hamade, bibliothécaire et participante

« Le rire est de la partie du début à la fin. » – Christiane Beaupré, journaliste et participante

« Juste un petit mot pour vous remercier d’avoir organisé l’activité d’hier après-midi. C’était tellement le fun! » – Michele Villegas-Kerlinger, participante

« Ce fut un grand plaisir pour nous de participer à votre activité Meurtre littérarie. L’activité a capté l’esprit et les objectifs de la Fête de la culture : le contact avec des artistes, interactions, la participation dans une processus créatif, et en plus, dans une espace culturelle vibrante comme la bibliothèque qui souligne la démocracie culturelle pour tous les citoyens – BRAVO ! » – David Moss, directeur de la Fête de la culture et participant

Pour voir des extraits de la pièce, cliquez ici.

Pour lire l’article de Christiane Beaupré du Métropolitain, cliquez ici.

A New Notebook

Three blank pages remain in my current notebook and I’m eagerly writing all I can in order to break out my already-selected, crisp, new notebook.

New notebook, with assorted pen attached

I love paper, and notebooks, and notepads. I have to exercise control in the vicinity of paper shops lest I forget myself in the presence of pretty letterhead and envelopes, sniffing and cajoling the cardboard- or plastic-bound notebooks (I can’t afford leather).

I have collected notebooks for years, lining them up on a bookshelf, the ink-filled ones on one side, the virgin ones on the other. They include notebooks gifted to me nearly twenty years back (I finally filled that one half a year ago – thanks, Maman!), notebooks bought at discount for other people that I then couldn’t give away, and notebooks given away as swag by various companies (thanks, Collège Boréal and Telus!). My current and next notebooks fall in the later category, and include matching pens. Score.

In my notebooks go story ideas, character sketches, name lists, notable quotes, memorable dreams and passages of my current works. Those eventually get transcribed into my computer. Other than that, I prefer handwritten notes, whether in ballpoint pen, pencil or gel pen; re-reading my notes, in hard copy, often inspires me to write more. A virtuous cycle.

What’s in your notebook?

Pièce de théâtre interactive: « Meurtre littéraire »

Intrépide détective élucide un mystère

Une intrépide détective, interprétée par Barbara-Audrey Bergeron, tentera d'élucider le meurtre mystérieux de la bibliothécaire.

Reprenant un succès de l’an dernier, la troupe de théâtre communautaire  Productions Nemesis vous invite à venir élucider le meurtre mystérieux de la bibliothécaire le samedi 29 septembre 2012 à 14 h 00 et à 14 h 45 à la bibliothèque centrale de North York (5120, rue Yonge, Toronto), dans le cadre de la Fête de la culture.

Afin de ne rien manquer et de déchiffrer tous les indices de ma pièce de théâtre interactive Meurtre littéraire, assurez-vous d’apporter vos gadgets dernier cri, surtout vos téléphones mobiles, qu’il ne faudra PAS éteindre lors de cette activité théâtrale interactive.

Celles et ceux qui le voudront pourront partager leur numéro de téléphone avec la troupe et courir la chance de jouer un rôle essentiel au déroulement de la pièce (script fourni, improvisation bienvenue!). Tel un dîner-théâtre, mais sans bouffe (on n’a pas la permission d’apporter de la nourriture dans une bibliothèque), les participant(e)s sont invités à suivre l’intrigue et à déterminer qui, dans l’audience, est le ou la coupable.

Productions Nemesis, troupe de théâtre communautaire bilingue, a monté des spectacles à Ottawa, à Hamilton, à Montréal et à Toronto et désire donner aux gens la chance d’écrire, de jouer, de diriger, et de réaliser pour la scène, dans les deux langues officielles.

En collaboration avec la Fête de la culture et le Neighbourhood Arts Network, la bibliothèque publique de Toronto accueille plus de 30 artistes et organismes artistiques de Toronto dans une série de ses succursales, aux quatre coins de la ville.

Meurtre littéraire – à bibliothèque centrale de North York, 5120, rue Yonge
Toronto, Ontario, le samedi 29 septembre, 2012, à 14 h 00 et à 14 h 45.

Au plaisir de vous voir parmi les suspects!

Astuces de déblocage

Il m’arrive – d’après moi, trop souvent – d’être victime d’angoisse de la page blanche. Pourtant, ce syndrome n’est qu’un mythe; il s’agit de ne pas se laisser prendre. Ainsi, lorsque l’angoisse, ou sa petite soeur la temporisation, se présente, j’ai quelques astuces pour continuer à écrire. Je ne me mets pas nécessairement au projet d’écriture du jour mais, à tout le moins, je me mets à l’écriture qui s’impose.

Voici quelques pistes que j’ai utilisées pour me remettre à la tâche:

– Faire une recherche Internet pour des nouvelles insolites. Ces histoires cocasses et invraisemblables peuvent en inspirer d’autres. Cette astuce a mené, entre autres, à ma nouvelle À l’air.

– Ouvrir un livre (que l’on n’a pas encore lu) et en copier une phrase. Écrire la suite. Quelques lignes peuvent suffire pour revenir à la page blanche qui angoissait l’instant précédent. On peut aussi copier une phrase d’un gazouillis (tweet) ou d’un article d’actualité.

– Prendre note des conversations autour de soi, dans le transport en commun, dans un ascenseur, dans un restaurant ou un café. Quelles questions surgissent? Quels personnages s’imposent? C’est plus simple de laisser aller son imagination si on ne fait pas partie de la conversation, mais sait-on jamais, peut-être que vos amies et amis n’auront pas objection à ce que vous quittiez subitement la salle pour aller écrire quelques bribes de texte.

– Entretenir un cahier de rêves. Il s’agit de garder, sur sa table de chevet, un calepin de notes dans lequel on transcrit ses aventures nocturnes. (Vraies ou rêvées, c’est selon.) L’imagination est sans limites lorsqu’on dort. Il faut en profiter. Il faut aussi noter dès que possible au réveil, sinon, on risque de perdre le souvenir d’un rêve marquant. Quelques mots peuvent suffire pour se remémorer des scènes. Plus tard, lorsque l’angoisse de la page blanche se manifeste, relire ses rêves pour éveiller l’inspiration. C’est un rêve qui a inspiré ma nouvelle Timothy’s Blanket.

D’autres astuces peuvent aider écrivains et écrivaines à se remettre à la tâche. Prendre une marche solitaire à l’extérieur, par exemple, ou changer d’environnement. Au fond, il s’agit de ne jamais ne pas écrire…

Vous avez d’autres astuces à suggérer? Donnez-m’en des nouvelles!

L’arbre de la francophonie

Lorsqu’il fut question d’ajouter un mot à l’arbre de la francophonie du Consulat général de France à Québec, j’ai hésité. Il me fallait le mot parfait, original, obscur, intriguant, digne d’une auteur qui se respecte. J’y ai trop songé et j’ai presque abandonné rendre visite à l’arbre lors d’un court séjour à Québec.

L'arbre de la francophonie à Québec

Mais une fois à côté de l’arbre, j’ai décidé de ne plus m’inquiéter. Mon mot, peu importe lequel,  serait en bonne compagnie. Sur d’autres rubans flottaient « effervescent », « inconcevable », « curieux » et « bicyclette ». La francophonie qui flotte au vent, c’est excellent pour contrer la panne de l’écrivain. J’ai cessé de me casser la tête et d’y aller avec mon mot coup de coeur, qui a toujours été « imagination », pour souligner le leitmotiv de tout artiste.

Bilan final: nos mots pour l’arbre de la francophonie étaient « imagination », « crépuscule » (de ma mère), « mignonnes » (en honneur de mes nièces en devenir) et « autobus » (de mon fils). Et, bien que ce soit un commentaire général et générique, une attachée du Consulat nous a fait bien plaisir en affirmant « Que ces mots sont beaux ».

Autre image de l’arbre.

An Encounter That Changed My Life

Last year, I participated in a local writing contest, held by Good News Toronto, called the True Story Contest. The challenge was to write about An Encounter That Changed Your Life, in 450 words or less.

I wrote about my young friend Sierra, who, barely out of toddlerhood, taught me how to be a better person and inspired me to have a family. My piece won third place in the contest and was published online in December 2011.

Six months later, I happily learned that « Sierra », the prize-winning nonfiction piece, had been printed in the hard copy version of Good News Toronto. How thrilling; not only is there tangible, inked evidence of my story, it’s even illustrated by Toronto artist Rosie Pea.

The best consequence of seeing the story in print, though, is that I was able to share a few copies with Sierra herself, who read it for the first time last week. Her reaction? A pleased smile hidden by an admonishing: « But now everyone‘s going to know me! »

They would be lucky to.

The short nonfiction piece "Sierra" by A.M. Matte

To read "Sierra" online: http://www.goodnewstoronto.ca/2011/12/good-news-toronto-true-story-contest-3rd-place-winner/