Countering Writer’s Block

Shi– I mean, writer’s block happens. Truth or myth, there will be times when writers struggle to fill the page. There are a few things I do in order to counter this imagination constipation and, no, I don’t mean doing the laundry.

I’ve been known to:

  • Search the internet for weird news items. There are crazy stories out there, just begging to inspire yours. My short story À l’air results from such searches.
  • Open a (yet-unread) book and copy out a sentence or passage. Then, keep writing. Another author’s writing can spur me back to my own project. If opening a book at random doesn’t do it for you, you can find an inspiration-spurring sentence on Twitter or FaceBook.
  • Eavesdrop on the conversations around me. On public transportation, in an elevator, in a restaurant or a café. I’m hard of hearing, so I don’t always catch everything, but that only helps; I can more easily let my imagination take over if I don’t catch the context. What situations do I impose on the words I hear? What characters introduce themselves? This technique can also work while you are part of the conversation, but your friends will have to be understanding if you suddenly dash off to write something down.
  • Keep a dream notebook on my night table. Imagination (and libibo, sure) runs rampant at night. Some plausible scenes and stories can come up in one’s unconscious. It’s worth writing down ASAP in the morning. (The worst thing is not to do so right away, and mourn what one has forgotten. True story.) A few words can suffice. Later, if writer’s block rears its unwelcome head, read your dream notebook to poke at slumbering inspiration. My short story Timothy’s Blanket was inspired by a dream.

These are but a few of my go-to ideas to counter writer’s block. What are yours? Whether they lead to your continuing your current writing or to something new, it doesn’t matter. What’s important is never not to write.

 

Astuces de déblocage

Il m’arrive – d’après moi, trop souvent – d’être victime d’angoisse de la page blanche. Pourtant, ce syndrome n’est qu’un mythe; il s’agit de ne pas se laisser prendre. Ainsi, lorsque l’angoisse, ou sa petite soeur la temporisation, se présente, j’ai quelques astuces pour continuer à écrire. Je ne me mets pas nécessairement au projet d’écriture du jour mais, à tout le moins, je me mets à l’écriture qui s’impose.

Voici quelques pistes que j’ai utilisées pour me remettre à la tâche:

– Faire une recherche Internet pour des nouvelles insolites. Ces histoires cocasses et invraisemblables peuvent en inspirer d’autres. Cette astuce a mené, entre autres, à ma nouvelle À l’air.

– Ouvrir un livre (que l’on n’a pas encore lu) et en copier une phrase. Écrire la suite. Quelques lignes peuvent suffire pour revenir à la page blanche qui angoissait l’instant précédent. On peut aussi copier une phrase d’un gazouillis (tweet) ou d’un article d’actualité.

– Prendre note des conversations autour de soi, dans le transport en commun, dans un ascenseur, dans un restaurant ou un café. Quelles questions surgissent? Quels personnages s’imposent? C’est plus simple de laisser aller son imagination si on ne fait pas partie de la conversation, mais sait-on jamais, peut-être que vos amies et amis n’auront pas objection à ce que vous quittiez subitement la salle pour aller écrire quelques bribes de texte.

– Entretenir un cahier de rêves. Il s’agit de garder, sur sa table de chevet, un calepin de notes dans lequel on transcrit ses aventures nocturnes. (Vraies ou rêvées, c’est selon.) L’imagination est sans limites lorsqu’on dort. Il faut en profiter. Il faut aussi noter dès que possible au réveil, sinon, on risque de perdre le souvenir d’un rêve marquant. Quelques mots peuvent suffire pour se remémorer des scènes. Plus tard, lorsque l’angoisse de la page blanche se manifeste, relire ses rêves pour éveiller l’inspiration. C’est un rêve qui a inspiré ma nouvelle Timothy’s Blanket.

D’autres astuces peuvent aider écrivains et écrivaines à se remettre à la tâche. Prendre une marche solitaire à l’extérieur, par exemple, ou changer d’environnement. Au fond, il s’agit de ne jamais ne pas écrire…

Vous avez d’autres astuces à suggérer? Donnez-m’en des nouvelles!

L’arbre de la francophonie

Lorsqu’il fut question d’ajouter un mot à l’arbre de la francophonie du Consulat général de France à Québec, j’ai hésité. Il me fallait le mot parfait, original, obscur, intriguant, digne d’une auteur qui se respecte. J’y ai trop songé et j’ai presque abandonné rendre visite à l’arbre lors d’un court séjour à Québec.

L'arbre de la francophonie à Québec

Mais une fois à côté de l’arbre, j’ai décidé de ne plus m’inquiéter. Mon mot, peu importe lequel,  serait en bonne compagnie. Sur d’autres rubans flottaient « effervescent », « inconcevable », « curieux » et « bicyclette ». La francophonie qui flotte au vent, c’est excellent pour contrer la panne de l’écrivain. J’ai cessé de me casser la tête et d’y aller avec mon mot coup de coeur, qui a toujours été « imagination », pour souligner le leitmotiv de tout artiste.

Bilan final: nos mots pour l’arbre de la francophonie étaient « imagination », « crépuscule » (de ma mère), « mignonnes » (en honneur de mes nièces en devenir) et « autobus » (de mon fils). Et, bien que ce soit un commentaire général et générique, une attachée du Consulat nous a fait bien plaisir en affirmant « Que ces mots sont beaux ».

Autre image de l’arbre.