Where Pigeons Roost à Radio-Canada

J’écris en français et en anglais et, au cours des prochaines semaines, je lance deux recueils de nouvelles, un en anglais, Where Pigeons Roost, et un en français, Ce que l’on divulgue.

S’exprimer en plus d’une langue a plusieurs avantages, tel que l’ont indiqué diverses études, dont celle-ci et celle-ci. En plus des avantages cognitifs, tels qu’une concentration et une créativité accrues et le ralentissement du vieillissement du cerveau, parler plus d’une langue peut aussi être avantageux du côté économique.

Et pour une auteur, l’habileté de pouvoir créer en plus d’une langue permet une étendue plus large d’expression – et de public.

Pour ma part, un autre avantage: être invitée à discuter en français de mon recueil en anglais. Le résultat: cette entrevue à Radio-Canada sur Where Pigeons Roost.

Reste à voir si un réseau anglophone voudrait bien discuter en anglais au sujet d’un recueil en français – je vous en donnerai des nouvelles.

A.M. Matte derrière le livre Where Pigeons Roost, dont la couverture présente une volée de pigeons

Table-ronde au Salon du livre de Toronto 2012

DSC_7155karine_DxO_CMYK

Karine Boucquillon, Sonia Lamontagne, Daniel Groleau Landry et A.M. Matte discutent de l’écriture de leur premier livre avec Paul Savoie. (photo de Guillaume Garcia)

Le mois dernier, je participais à une table-ronde intitulée Comment j’ai écrit mon premier livre lors du Salon du livre de Toronto. J’ai partagé la scène avec trois auteurs « de la relève » et avec notre animateur, l’auteur Paul Savoie, mon mentor.

Nous avons discuté de notre processus de cogitation et d’écriture, de la révision et de l’édition, ainsi que de la particularité d’écrire en français en Ontario.

Lire un article de l’Express de Toronto au sujet de la table-ronde ici.

Quand écrire

Une décennie trop tard, je me rends compte que j’avais bien du temps libre avant. Lors de ma vingtaine, j’aurais dû profiter de mon peu de responsabilités pour écrire, écrire, écrire. Mais quand on a tout notre temps, on en profite peu.

Comme on dit : Si tu veux faire accomplir quelque chose, donne-le à une personne occupée. J’ai toujours écrit, mais mon écriture s’est revigorée une fois que j’avais un emploi à temps plein et une hypothèque à payer; un mari et un bébé à aimer. En fait, c’est durant mon congé parental que je redoublais d’efforts pour me trouver des bribes de temps pour écrire; entre tétées, entre sorties aux centres de la petite enfance, entre dodos mérités.

Quand écrire?

Trouver le temps d'écrire peut être un défi

Ça demeure un défi de trouver le temps d’écrire, mais j’en ai toujours l’envie. L’astuce, c’est de résister l’appel du stylo lorsqu’au travail à temps plein ou lorsqu’avec ma famille, mais tout de même de prendre des notes pour ne pas perdre mes idées du moment lorsque viendra le temps de laisser couler l’encre. Quand j’aurai une minute.